Croissance économique

Notion de SES | Dernière mise à jour :

Lexique

La croissance économique (ou croissance) est l'accroissement à  long terme des quantités produites.

Définition

  • La croissance économique est l'accroissement sur une courte ou une longue période des quantités de biens et services produits dans un pays, mesurées année après année, en général.
  • Approfondissement :
    • On distingue parfois deux formes de croissance : la croissance extensive est proportionnelle  à  l'augmentation des quantités des facteurs de production alors que la croissance intensive est liée à  l'augmentation de la productivité du travail et/ou du capital.
    • La crise, au sens strict, est le processus de retournement de l'activité économique (quantités de biens et services produits) ; cette crise débouche sur une dépression qui correspond à  une baisse de l'activité économique. Toutefois, au sens large et courant du terme, on oppose la crise à  la croissance. Parfois même, un simple ralentissement de l'activité économique est qualifié de « crise » s'il a des conséquences négatives pour les travailleurs sur le marché du travail . A court terme, l'INSEE parle de récession si l'activité économique baisse durant au moins 2 trimestres de suite.
    • La croissance endogène n'est pas une forme de croissance mais une théorie mettant en évidence le rôle positif sur la croissance du capital humain, des savoir-faire, des infrastructures etc. ( voir chapitre 1).

Enjeux

D'où vient la croissance ? Comme la croissance économique est source d'augmentation des revenus et de l'emploi, elle est souvent recherchée. La question qui se pose est de savoir quelles en sont les causes. Faut-il mettre en avant le rôle de l'offre notamment à long terme (accroissement des facteurs de production et/ou accroissement de l productivité). Ou bien faut-il mettre en avant le rôle de l'accroissement de la demande qui pousse à produire plus ? Pour cela, vous pouvez lire ou relire le chapitre 1.

Comment la favoriser ? Une question qui se pose à l'État est de savoir comment il est possible de la favoriser sachant que, pour l'essentiel, ce sont les entreprises qui produisent des richesses. Faut-il baisser les salaires et les taux d'intérêt pour que les entreprises puissent accroître leurs capacités de production ? Faut-il que l'État favorise le progrès technique, la formation ? Faut-il que l'État relance l'activité pour faire repartir la demande en cas de difficultés ?

La croissance est-elle toujours bénéfique et durable ? Certains économistes et/ ou écologistes estiment que la croissance est source d'effets pervers : épuisement des ressources naturelles (pour obtenir de l'énergie notamment), pollution, encombrements dans les villes etc. (cf chapitre 5) D'ailleurs, le rapport Meadows en 1972 alertait de ces conséquences néfastes et proposait le croissance zéro, c'est-à -dire la stabilité du PIB ou PNB, pour préserver l'environnement. Certains écologistes prônent même la « décroissance » étant donné que produire demain comme aujourd'hui nécessite de ponctionner, demain comme aujourd'hui, des ressources non renouvelables et de polluer autant. Cependant, la « crise » économique actuelle a montré combien la croissance était nécessaire pour améliorer la situation du marché du travail et plus largement pour augmenter le niveau de vie. Les enjeux aujourd'hui en discussion portent plutôt sur la répartition des richesses créées et sur le développement durable (voir cette notion).

Indicateurs

L'indicateur le plus utilisé pour repérer la croissance économique est le taux de croissance annuel moyen du PNB ou du PIB (voir à  la notion «  PIB »). Comme vous l'avez vu parfois peut-être dans des tableaux statistiques, on utilise aussi, surtout dans le long terme, le PIB par habitant ou PNB par habitant. L'idée est qu'il y a croissance à long terme si les quantités produites augmentent fortement, c'est-à-dire plus fortement que la population pour permettre l'augmentation du niveau de vie. C'est d'ailleurs pour cela que cet indicateur est essentiellement utilisé pour mesurer le niveau de vie d'une population.

Tendances

Depuis la révolution industrielle, les pays aujourd'hui développés ont connu la croissance économique mais qui n'a jamais été rectiligne. Il y a des phases d’accélération de la croissance, des phases de ralentissement voire même de crise. La phase la plus connue d'accélération de la croissance a eu lieu durant les 30 glorieuses, les 30 années environ qui ont suivi la fin de la seconde guerre mondiale notamment en France. La période la plus connue de ralentissement est la période qui a suivi les Trente glorieuses. Enfin, c'est au cours de la grande crise de 1929 que les quantités produites ont le plus baissé notamment aux États-Unis entraînant chômage et pauvreté.

Actuellement, c'est le fort ralentissement de la croissance qui est marquant suite à la crise financière qui a débuté aux États-Unis en 2007 avec la forte croissance économique dans les pays émergents comme la Chine.

Erreurs Fréquentes

Parfois, il vous est donné comme définition de la croissance économique la formule suivante "hausse soutenue et durable de la production" : soutenue signifie dans ce cas, une hausse suffisamment forte pour permettre une augmentation de la production de biens et services par personne donc une augmentation du niveau de vie. Dans cette définition, durable correspond à une hausse de la production à long terme qui ne correspond pas à la question de la "durabilité de la croissance économique" (question environnementale).

Il ne faut pas confondre croissance et progrès économique. En effet, il y a progrès économique lorsque les revenus réels de la population augmentent pour tous ; or, il est très possible que les revenus générés par la croissance économique soient accaparés par une minorité de la population.

La croissance n'entraîne pas automatiquement l'amélioration du bien-être de la population pour d'autres raisons : conditions de production (pensez au travail dans certaines entreprises en Chine ou en Inde), types de biens produits, etc. (voir chapitre 1) … sans oublier non plus que seule la croissance économique permette la croissance durable du niveau de vie.

Il faut bien avoir en tête des ordres de grandeur pour qualifier une situation de croissance ou de crise, les économistes, les journalistes utilisant souvent le terme de « crise » même si le PIB (ou le PIB par tête) augmente. En effet, durant les années 1975-1990, il fallait qu'en France la croissance soit supérieure à  2,3 % par an pour que le nombre d'emplois augmente (depuis, la croissance s'est enrichie en emplois : une croissance de seulement 1 % ou 1,5 % permettrait de créer des emplois). Donc, très souvent, c'est plutôt en suivant l'évolution du marché du travail que l'on considère une situation de « crise » dans le langage courant.

Il y a 20 JT Associés à la notion Croissance économique