1.2. Les trois formes d’égalité.

La première forme d’égalité est l’égalité de droit ou devant la loi. Tout individu dans la même situation dispose des mêmes droits. Si cette forme d’égalité est rarement contestée en France, les personnes ou les situations sur qui cette égalité s’applique ont pu changer. Pendant des décennies, les femmes ne disposaient pas des mêmes droits que les hommes. Pour ne prendre que l’exemple du droit de vote en France, les femmes ne l’ont obtenu qu’un siècle environ après les hommes (1848 pour les hommes et 1944 pour les femmes). Cette forme d’égalité peut donc s’étendre prenant en compte des évolutions sociales qui n’étaient pas jusqu’alors acceptées. C’est ainsi, qu’en 2014, le parlement français a voté une loi qui autorise le mariage des coupes homosexuels mettant fin à une inégalité de droit avec les couples hétérosexuels.

La deuxième forme d’égalité des chances. Il s’agit de la possibilité réelle, l’égalité des droits étant supposée acquise, pour tous les individus d’obtenir n’importe quelle ressource ou position sociale. Plus concrètement, ce sera, par exemple, le fait qu’un enfant d’ouvrier puisse réellement accéder autant qu’un enfant de cadre à l’enseignement supérieur. Ou encore une femme autant qu’un homme à un poste de direction. Ou encore un immigré autant qu’une personne née en France à un emploi ou un logement.

Enfin la troisième forme d’égalité est l’égalité des conditions ou des situations. Cette notion renvoie à une idée toute théorique. Elle désigne le fait que les individus disposent d’une situation identique dans un domaine donné : par exemple, les individus ont tous accès à un même service (exemple de l’accès aux soins permis par la protection sociale). Ou encore les individus ont tous le même niveau de revenu. Bien sûr, dans de nombreux domaines comme celui des revenus justement, cette égalité de fait ne sera jamais réelle et observée. Par contre, des écarts par rapport à l’égalité complète pourront être mesurés ; on pourra ainsi évaluer si l’on se rapproche de l’égalité des situations.