Universalisme communautarisme

Lexique

Il s'agit de deux façons de voir (politiquement) une société :

  • Communautarisme : conception politique selon laquelle une société se compose de communautés différentes.
  • Universalisme : conception politique selon laquelle une société est fondée sur des valeurs communes, universelles.

Définition

AVERTISSEMENT A PROPOS DE CE COUPLE DE NOTIONS Les notions au programme mêlent deux types d'analyses totalement différentes :

  • La première correspond à celle permettant de classer les Etats providence, selon l'analyse d'Esping-Andersen, entre un modèle universaliste (ou social-démocrate), un modèle libéral (ou résiduel) et un modèle corporatiste (ou conservateur). Il devrait alors y avoir trois notions.
  • La seconde correspond à la distinction politique entre universalisme et communautarisme et s'applique aux sociétés en général (alors que dans la première conception, c'est de l'Etat et de la protection sociale seulement qu'il s'agit).

Nous traitons ici cette deuxième conception, même si nous pensons que le programme visait plutôt la première. Vous trouverez cette première conception dans la notion " Etat providence universaliste, corporatiste, résiduel" que nous ajoutons à la liste officielle des notions au programme.

  • Communautarisme : conception politique selon laquelle une société se compose de communautés (groupes d'individus ayant une même appartenance religieuse, culturelle ou ethnique) différentes ayant des valeurs spécifiques.
  • Universalisme : conception politique selon laquelle une société est fondée sur des valeurs communes plus importantes que les valeurs particulières des communautés de cette société.

Indicateurs

Pas vraiment d'indicateurs pour ces deux notions, si ce n'est, du point de vue de la réalisation pratique de ces conceptions politiques, la création (difficile en France, Etat républicain unitaire) de droits spécifiques à certaines catégories de population : droits particuliers en Corse, PACS, etc.

Tendances

La plus grande visibilité des nouveaux mouvements sociaux ou leur plus grande efficacité tendent à rendre plus écoutées les conceptions politiques communautaristes. Il s'agit par exemple de la reconnaissance politique de « minorités » comme les Corses, les homosexuels, etc.

Certains pays ont une vision plus communautariste que d'autres de la société : on cite souvent la Grande-Bretagne comme exemple.

Enjeux

Une conception communautariste de la société ne risque-t-elle pas de nuire à la cohésion sociale, chaque communauté revendiquant des droits propres, spécifiques, différents de ceux des autres communautés ? N'y a-t-il pas un risque de morcellement de l'espace politique ? Que devient dans ce cadre l'idée d'égalité. Une conception universaliste de la société ne risque-t-elle pas de nier ou de ne pas reconnaître les spécificités de différentes communautés ? Dès lors, n'est-ce pas la négation d'une valeur essentielle des sociétés démocratiques : la liberté ? On voit bien qu'il y a un vrai débat entre ces deux visions de la société, un débat dont les enjeux sont fondamentaux pour l'avenir de nos sociétés.

Erreurs Fréquentes

  • Confondre le communautarisme avec les auteurs communautariens, qui contestent la pertinence postulée par les libéraux du choix libre des individus et estiment que les choix dépendent de l'appartenance communautaire.
  • Assimiler communautarisme et multiculturalisme puisque, par exemple, une forme de multicultarisme peut très bien n'exiger qu'une pratique privée des différences communautaires.