Taux d'intérêt

Lexique

Prix qu'il faut payer pour emprunter de l'argent et rémunérant le service rendu par celui qui prête l'argent. Ce prix s'exprime en pourcentage.

Définition

Le taux d'intérêt est un prix : c'est le prix qu'il faut payer pour emprunter de l'argent, c'est aussi le prix que l'on reçoit quand on prête de l'argent. Ce prix s'exprime sous la forme d'un taux, par exemple 5.5%. Cela signifie que si l'on emprunte 1000 € pour un an, on paiera des intérêts s'élevant à  55 €. La banque, en nous prêtant 1000 €, nous a rendu un service, service qu'elle nous fait payer 55 € par année d'emprunt. L'intérêt est donc la rémunération d'un service, le prêt d'argent. Autre exemple : lors de l'achat d'obligations, l'acheteur sait à  l'avance combien lui rapporteront ses obligations chaque année. En effet, lors de l'émission des obligations, le taux d'intérêt annuel rémunérant les obligations a été précisé.

Le taux d'intérêt est en général annuel, mais il peut tout aussi bien être mensuel. Il faut donc en principe préciser la période concernée par ce prix. Cependant, quand on ne précise pas, on suppose implicitement qu'il s'agit d'un taux annuel.

Taux d'intérêt nominal et taux d'intérêt réel : le taux d'intérêt nominal est celui qui est fixé lors de l'opération d'emprunt ou de prêt, celui qui est inscrit dans le contrat qui lie emprunteur et prêteur, et celui qui est payé par l'emprunteur au prêteur. Mais, au fil du temps, l'inflation vient grignoter la valeur réelle des sommes prêtées et remboursées. On calcule donc le taux d'intérêt réel en corrigeant le taux d'intérêt nominal des effets de l'inflation. Concrètement, quand le taux d'inflation est relativement faible, on peut se contenter, par approximation, de soustraire le taux d'inflation au taux d'intérêt nominal pour obtenir le taux d'intérêt réel (mais, mathématiquement, ce procédé n'est pas correct, même s'il donne des résultats très proches de ceux calculés correctement sur le plan mathématique). La plupart du temps, on ne vous demandera pas de calculer le taux d'intérêt réel. Mais il faut toujours savoir si l'on parle du taux d'intérêt nominal ou réel : si le taux nominal est de 6% et le taux d'inflation de 4%, le taux d'intérêt réel n'est que de 2% environ ...

Indicateurs

Le taux d'intérêt est lui-même un indicateur. Il n'y a donc pas d'indicateur du taux d'intérêt, à  part le niveau du taux d'intérêt lui-même. Rappelons que ce taux peut être nominal ou réel.

Tendances

Le taux d'intérêt a été un instrument essentiel de la politique économique et monétaire des Etats, spécialement en Europe jusqu'à  la fin des années 1970, c'est-à -dire essentiellement pendant la période fordiste. L'inspiration qui sous-tendait ces politiques était assez nettement keynésienne. Les taux d'intérêt étaient manipulés par les autorités publiques de manière à  favoriser l'investissement, c'est-à -dire qu'ils étaient tirés vers le bas. Résultat : les taux d'intérêt réels étaient souvent faibles, voire négatifs (les prêteurs dans ce cas perdent du pouvoir d'achat).

Depuis le début des années 1980, la forte inflation et le fort chômage ont modifié le point de vue des pouvoirs publics. On est revenu à  une orientation nettement plus néo-classique de la politique monétaire : cela signifie que l'Etat intervient moins qu'avant sur le niveau des taux d'intérêt, le laissant fluctuer en fonction de l'offre et de la demande. Cela n'empêche pas des interventions ponctuelles sur le marché monétaire ou sur le marché financier. Dans l'Union européenne, c'est la B.C.E. qui est chargée de ces interventions.

Enjeux

Le taux d'intérêt a des fonctions économiques fondamentales dans les économies modernes.

Comme tous les prix, il oriente les décisions des offreurs et des demandeurs : s'il est bas, les demandeurs vont être nombreux, s'il est haut, les offreurs vont être nombreux, du moins en principe. Mais la marchandise dont le prix s'appelle "taux d'intérêt" est une marchandise un peu particulière, c'est l'argent ou les capitaux. Et avec des capitaux, on peut investir, par exemple, ce qui ne sera pas sans conséquence sur la croissance. Le niveau du taux d'intérêt, le prix de l'argent, a donc une grande importance au niveau macro-économique et au niveau micro-économique, plus que le prix des fraises, par exemple !

Comme le niveau des taux d'intérêt a de l'importance pour la croissance économique, on comprend que les pouvoirs publics s'en soient servi pour essayer d'influencer les décisions de ceux qui avaient des capitaux à  prêter ou qui souhaitaient en emprunter pour investir. Dans le cadre de sa politique monétaire, l'Etat utilise donc le taux d'intérêt comme un instrument de politique économique. Dans le cadre de l'Union européenne, les pays ne disposent plus de cet instrument : c'est la Banque Centrale Européenne, indépendante des Etats nationaux, qui mène la politique monétaire européenne et qui donc, éventuellement, utilise le taux d'intérêt comme instrument pour obtenir tel ou tel effet.

Erreurs Fréquentes

  • On observe qu'il y a souvent confusion entre le taux d'intérêt nominal et le taux d'intérêt réel, ou que les élèves ne savent pas ce qu'est le taux d'intérêt réel. Cela renvoie en fait non pas à  une incompréhension de la notion de taux d'intérêt mais à  une mauvaise connaissance de la distinction nominal/réel.
  • Certains élèves ont parfois du mal à  retrouver le raisonnement qui permet d'enchaîner : "si le taux d'intérêt est élevé, alors ...". Souvent la difficulté provient du fait qu'ils ont du mal à  se représenter le taux d'intérêt tout simplement comme un prix. Et le raisonnement qu'ils font très facilement avec les fraises (quand le prix des fraises est élevé, cela décourage la demande et encourage l'offre), ils ont du mal à  le faire avec le prix de l'argent. C'est pourtant exactement la même chose.
  • Enfin, le taux d'intérêt n'est pas le cours de la monnaie (son taux de change). Ce n'est pas du tout la même chose, même si l'un peut influencer l'autre. Le taux de change d'une monnaie est son prix exprimé dans une autre monnaie nationale : on connaît ainsi le taux de change de l'euro en dollars. Ce taux de change (qui est lui aussi un prix) se constate tous les jours sur les marchés des changes. Il dépend de l'offre et de la demande de ceux qui souhaitent acquérir des euros alors qu'ils détiennent des dollars et de ceux qui souhaitent acquérir des dollars alors qu'ils détiennent des euros. On ne parle pas ici d'emprunts. Le taux de change et le taux d'intérêt sont donc deux notions complètement différentes.



Les autres notions du chapitre

Crise économique

Ch2 - Notion Terminale

La crise économique est le retournement de l'activité économique qui passe d'une croissance forte à une croissance fortement ralentie voire à une baisse de l'activité économique.

Lire la suite

Déflation

Ch2 - Notion Terminale

La déflation est un processus général et durable de baisse des prix et de l'activité économique.

Lire la suite

Dépression

Ch2 - Notion Terminale

La dépression est une baisse forte et durable de la production.

Lire la suite

Désinflation

Ch2 - Notion Terminale

La désinflation est un ralentissement de la hausse des prix.

Lire la suite

Fluctuations économiques

Ch2 - Notion Terminale

Les fluctuations économiques sont des mouvements de l'activité économique autour d'une tendance de long terme.

Lire la suite

Chocs d'offre et de demande

Ch2 - Notion Terminale

Un choc d'offre est une variation imprévue des conditions de production qui affecte les producteurs.

Un choc de demande est une variation imprévue de la demande globale adressée aux producteurs.

Lire la suite

Cycle du crédit

Ch2 - Notion Terminale

Le cycle du crédit est une analyse des fluctuations économiques qui précise que leurs amplitudes sont accentuées par le rôle du crédit.

Lire la suite

Chômage

Ch2 - Acquis Première

C'est le fait de ne pas avoir d'emploi, d'en rechercher un et d'être disponible pour travailler. Le terme peut désigner aussi l'ensemble des chômeurs.

Lire la suite

Demande globale

Ch2 - Acquis Première

La demande globale est l’ensemble des biens et services qui sont achetés par l’ensemble des agents économiques (ménages, entreprises, administrations publiques …).

Lire la suite

Inflation

Ch2 - Acquis Première

L’inflation est un hausse générale, durable et cumulative des prix.

Lire la suite

Contrainte exterieure

Ch2 - non inscrite

Obligation pour un pays d'équilibrer à terme ses échanges extérieurs, parfois au détriment de sa croissance intérieure. C'est la contrepartie de l'ouverture internationale.

Lire la suite

Déficits publics

Ch2 - non inscrite

Fait que les comptes des Administrations publiques (Etat, collectivités territoriales, Sécurité sociale) soient déficitaires, c'est à dire qu'il y ait plus de dépenses que de ressources.

Lire la suite

Déreglementation, nouvelles regulations

Ch2 - non inscrite

Dérégulation : politique d'inspiration libérale visant à diminuer le volume de la réglementation pesant sur les agents économiques de manière à rétablir le libre jeu du marché.

Nouvelles régulations : après une période de déréglementation, on s'aperçoit que le marché a besoin de nouvelles règles pour fonctionner correctement.

Lire la suite

Destruction créatrice

Ch2 - non inscrite

Concept dû à  l'économiste autrichien Schumpeter et qui désigne les bouleversements qu'entraîne à  long terme le progrès technique dans les structures de production, processus où le nouveau élimine l'ancien.

Lire la suite

Division du travail

Ch2 - non inscrite

C'est, dans l'entreprise, la décomposition de la production en de nombreuses opérations ou tâches élémentaires, limitées et complémentaires.

Lire la suite

Endettement

Ch2 - non inscrite

Montant des dettes qu'a l'agent dont on parle (pays, entreprise, ménage) vis à vis de ses créanciers.

Lire la suite

Politique de la demande, de l'offre

Ch2 - non inscrite

La politique de l'offre, d'inspiration libérale, est un ensemble de mesures favorisant l'offre (abaissement des impôts ou des charges sociales sur les entreprises, etc.)

La politique de la demande, d'inspiration plutôt keynésienne, est un ensemble de mesures visant à favoriser la croissance en stimulant la demande (par exemple, en augmentant le SMIC ou le salaire des fonctionnaires).

Lire la suite

Politique économique

Ch2 - non inscrite

La politique économique regroupe l'ensemble des décisions prises par les pouvoirs publics en vue d'atteindre des objectifs économiques désignés, en mobilisant divers instruments règlementaires, monétaires ou budgétaires.

Lire la suite

Politique monetariste

Ch2 - non inscrite

Politique monétaire dont le seul objectif est la lutte contre l'inflation.

Lire la suite

Taux d'intérêt

Ch2 - non inscrite

Prix qu'il faut payer pour emprunter de l'argent et rémunérant le service rendu par celui qui prête l'argent. Ce prix s'exprime en pourcentage.

Lire la suite

Chômage

Ch12 - Acquis Première

C'est le fait de ne pas avoir d'emploi, d'en rechercher un et d'être disponible pour travailler. Le terme peut désigner aussi l'ensemble des chômeurs.

Lire la suite

Demande globale

Ch12 - Acquis Première

La demande globale est l’ensemble des biens et services qui sont achetés par l’ensemble des agents économiques (ménages, entreprises, administrations publiques …).

Lire la suite

Toutes les notions de SES inscrites au programme officiel sont à votre disposition ainsi que 90 autres notions utiles....

Voir le glossaire des notions

Révisez les 144 notions obligatoires pour le bac