Politique monétaire

Lexique

La politique monétaire est l'ensemble des mesures qui sont destinées à  agir sur les conditions du financement de l'économie.

Définition

La politique monétaire est l'ensemble des mesures qui sont destinées à  agir sur les conditions du financement de l'économie.

  • Qu'est-ce que la politique monétaire ? La politique monétaire est l'ensemble des mesures qui sont destinées à  agir sur les conditions du financement de l'économie (quand on s'interroge sur le "financement" de quelque chose, c'est que l'on se demande comment l'on va trouver l'argent nécessaire à  l'achat de ce quelque chose). Pour l'économie française, se poser la question de son financement, c'est se demander comment les agents à  besoin de financement, ceux qui dépensent, pour l'investissement, par exemple, trouvent les ressources financières nécessaires).
  • Qui la met en oeuvre ? Elle est mise en oeuvre par la Banque centrale du pays. Pendant longtemps en France, la Banque de France a été sous l'autorité directe du gouvernement mais la construction européenne a imposé à  tous les pays membres de rendre leur banque centrale indépendante, ce qui a donc été fait aussi en France. Depuis la mise en oeuvre de l'euro (1er janvier 2000), c'est la banque centrale européenne (la BCE) qui décide les mesures de politique monétaire et qui les met en oeuvre en utilisant les banques centrales nationales comme relais. La Banque de France n'a donc plus aujourd'hui de pouvoirs particuliers. Et la France, comme les autres pays de la zone euro, ne peut plus mener de politique monétaire autonome.
  • Comment peut-on agir sur le financement de l'économie ?
    La Banque centrale peut agir sur les taux d'intérêt
    • Le principe : on sait que si le taux d'intérêt s'élève, le coût du crédit augmente et, en principe, les agents économiques devraient moins emprunter (puisque c'est plus cher). Le résultat escompté est donc de freiner la création monétaire de la part des banques (quand elles accordent des crédits) et de freiner la croissance de la demande (consommation et investissement). Au total, cette politique doit freiner l'inflation et ralentir la croissance économique. On peut faire le raisonnement inverse pour une baisse du taux d'intérêt.
    • Comment agir sur le taux d'intérêt ? La Banque centrale peut intervenir directement sur le marché monétaire (open market) en offrant ou en demandant des capitaux (ce qui agit directement sur le taux d'intérêt). Le raisonnement est le suivant : si la Banque centrale met en vente des titres sur le marché monétaire, elle "pompe" des liquidités sur le marché, ces liquidités deviennent donc plus rares et, forcément, plus chères, ce qui signifie que le taux d'intérêt s'élève. La Banque centrale peut aussi manipuler les taux d'intérêt directeurs, c'est-à -dire sur les prêts qu'elle consent aux banques : en effet, parfois, les banques ont besoin rapidement d'argent et l'empruntent à  la Banque centrale à  un taux connu d'avance ; cet emprunt leur coûte donc de l'argent et, comme les banques cherchent à  réaliser des profits, elles vont tenter de faire supporter ce coût par les agents qui leur empruntent de l'argent ; pour cela, elles vont fixer un taux d'intérêt supérieur à  celui qu'elles devront payer à  la Banque centrales. Si la Banque centrale élève son taux d'intérêt, les banques commerciales vont elles-mêmes élever le leur pour qu'il reste supérieur à  celui de la Banque centrale de manière à  ce que les banques maintiennent leur retabilité, même si elles sont obligées d'emprunter à  la Banque centrale. Donc en agissant sur son propre taux d'intérêt, la banque centrale, indirectement, agit sur tous les autres taux d'intérêt (d'où l'appellation "taux directeurs"...).

Indicateurs

Il n'y a pas d'indicateurs pour cette notion. On peut se faire une idée de la politique monétaire en observant l'action de la banque centrale (la BCE par exemple) sur les taux d'intérêt.

Tendances

Jusqu'à  la fin des années 1970, la politique monétaire a été très généralement utilisée comme un instrument de régulation conjoncturelle, elle participait donc à  "la relance" quand c'était nécessaire, à  "la rigueur" autrement.

Depuis le début des années 1980, les Banques centrales ont de plus en plus souvent obtenu leur indépendance et ont mené des politiques monétaires d'inspiration libérale, visant pour l'essentiel à  la stabilité des prix.

Avec la crise financière, les Banques centrales surveillent de manière plus rigoureuse les banques et, de manière plus générale, la stabilité du système bancaire voire du système financier (pour éviter l'apparition de "bulles financières").

Enjeux

Le problème est de savoir quel objectif on assigne à  la politique monétaire. Il y a sur ce point deux conceptions qui s'affrontent.

  • Pour les uns, dont les keynésiens, la politique monétaire peut être utilisée dans un objectif de régulation conjoncturelle macro-économique, c'est-à -dire qu'elle peut agir sur la production et l'emploi. Ainsi, par exemple, quand le chômage est élevé du fait d'une insuffisance de la demande, on doit abaisser le taux d'intérêt de manière à  stimuler le demande (les ménages vont plus emprunter, par exemple pour acheter un mogement, puisque cela coûtera moins cher, et les entreprises feront la même chose pour financer leurs achats de biens d'équipement. Dans les deux cas, cela contribue à  augmenter la demande, donc la production et l'emploi.
  • Pour les autres, les monétaristes par exemple, la politique monétaire ne peut avoir qu'un objectif, c'est celui de la stabilité des prix : pour ce courant d'analyse, l'inflation a des causes uniquement monétaires (on crée trop de monnaie) et la politique monétaire doit donc seulement limiter strictement la création monétaire pour qu'elle ne génère pas d'inflation.

Erreurs Fréquentes

Confondre politique monétaire et politique monétariste [voir la notion politique monétariste] serait une grave erreur : une politique monétariste est une politique monétaire précise, d'inspiration libérale, qui consiste en un ensemble de mesures visant à  contrôler strictement la masse monétaire pour éviter l'inflation.




Les autres notions du chapitre

Euro

Ch4 - Notion Terminale

L'euro est le nom de la monnaie européenne des pays de la « zone euro ».

Lire la suite

Union économique et monétaire

Ch4 - Notion Terminale

L'Union économique et monétaire (UEM) européenne est un ensemble de pays de l'Union européenne qui se caractérise par l'existence d'un marché commun des produits, du travail et des capitaux, par une volonté d'utiliser la même monnaie (l'euro).

Remarque : normalement une UEM se caractérise aussi par l'harmonisation de politiques économiques ce qui n'est pas vraiment le cas pour les politiques budgétaires des pays membres de l'UEM européenne.

Lire la suite

Union Européenne

Ch4 - Notion Terminale

Union économique et monétaire réunissant 27 pays à partir du 1er janvier 2007, tous les pays ne participant pas à  la zone euro, cependant.

Lire la suite

Banque centrale

Ch4 - Acquis Première

La Banque centrale, qui est la banque des banques commerciales, a pour fonction de gérer le système de paiement, de contrôler le financement de l’économie et de mettre en œuvre la politique monétaire.

Lire la suite

Politique budgétaire

Ch4 - Acquis Première

C'est l'ensemble des mesures ayant des conséquences sur les ressources ou les dépenses inscrites au budget de l'Etat et visant directement à  agir sur la conjoncture économique.

Lire la suite

Politique conjoncturelle

Ch4 - Acquis Première

La politique conjoncturelle est l'ensemble des mesures de politique économique visant à  agir sur l'économie à  court terme.

Lire la suite

Politique monétaire

Ch4 - Acquis Première

La politique monétaire est l'ensemble des mesures qui sont destinées à  agir sur les conditions du financement de l'économie.

Lire la suite

Coordination des politiques économiques et sociales

Ch4 - non inscrite

Ensemble de pratiques et de règles de politiques monétaires, budgétaires et sociales permettant d'éviter des actions contradictoires entre elles et/ou entre pays.

Lire la suite

Europe sociale

Ch4 - non inscrite

Construction de cadresgénéraux, de règles et de procédures visant à harmoniser les actions sociales au sein de l'union européenne.

Lire la suite

Intégration économique régionale

Ch4 - non inscrite

Fait, pour des pays d'une même zone géographique, de constituer un espace économique unique.

Lire la suite

Service universel

Ch4 - non inscrite

Ensemble minimal de services d'une qualité spécifiée et à un prix abordable dans des domaines essentiels pour la cohésion sociale.

Lire la suite

Subsidiarite

Ch4 - non inscrite

Le principe de subsidiarité est un principe qui permet de partager les compétences entre les différents échelons du pouvoir. Il consiste à  n'attribuer à  l'échelon supérieur, c'est à  dire à  l' Union européenne (UE), que ce que l'échelon inférieur, les à‰tats membres de l'Union européenne ou les Régions, ne pourrait effectuer que de manière moins efficace.

Lire la suite

Union politique

Ch4 - non inscrite

Mise en place, par différents Etats, d'un gouvernement commun et d'une harmonisation légale et fiscale.

Lire la suite

Toutes les notions de SES inscrites au programme officiel sont à votre disposition ainsi que 90 autres notions utiles....

Voir le glossaire des notions

Révisez les 144 notions obligatoires pour le bac