Marché de biens et services

Lexique

Le marché d'un bien ou d'un service est le lieu de rencontre de l'offre et de la demande où se fixent le prix et les quantités échangées.

Définition

  • Le marché d'un bien ou d'un service est le lieu de rencontre de l'offre et de la demande où se fixent le prix et les quantités échangées ; comme ce lieu n'est pas forcément un lieu réel, concret, on peut définir le marché comme la rencontre d'une offre et d'une demande où se fixent le prix et les quantités échangées.

  • Le marché peut fonctionner différemment suivant le nombre d'acteurs concernés, suivant l'information qu'ils détiennent, suivant l'existence ou non de barrières à l'entrée, etc.
  • Les économistes néoclassiques traditionnellement classent les marchés en fonction de la capacité plus ou moins grande qu'ont les acteurs d'influencer le prix du marché. Ainsi la situation de concurrence pure et parfaite fait que le prix est fixé par le marché sans qu'aucun acteur n'ait un quelconque pouvoir de marché. Mais, pour cela (souvenez vous de votre cours de 1ère !), il faut donc qu'il y ait atomicité du côté des offreurs comme des demandeurs mais aussi libre entrée sur le marché, homogénéité du produit, libre circulation des facteurs de production et information parfaite. Toutefois d'autres configurations du marché existent lorsque le nombre d'offreurs et de demandeurs varie :

                                                     Offre
        Grand nombre Petit nombre

    Unicité


    Demande
     
    Grand nombre Concurrence parfaite Oligopole Monopole
    Petit nombre Oligopsone Oligopole bilatéral Monopole contrarié
    Unicité Monopsone Monopsone contrarié Monopole bilatéral

L'idée essentielle est que moins les agents sont nombreux plus ils ont un pouvoir sur les prix pour les faire augmenter (offreurs) ou baisser (demandeurs) par rapport à celui fixé lorsque la concurrence est pure et parfaite.

  • Toutefois il faut noter, pour compliquer le tout ! qu'il peut suffire qu'il y ait une possibilité de concurrence, sur un marché en situation d'oligopole par exemple, pour que les prix se rapprochent de ceux en situation de concurrence pure et parfaite.

Indicateurs

Il n'existe pas d'indicateur, la notion de marché n'est pas susceptible d'être mesurée !

Tendances

  • Au niveau mondial, avec la disparition de l'URSS et le rôle du FMI et de la Banque mondiale, les mécanismes de marché sont de plus en plus utilisés. Au sein de l' Union européenne aussi, le rôle du marché s'est élargi et s'est développé, ce processus n'étant sans doute pas achevé (voir ce qui se passe sur les marché postaux, de l'électricité, du transport ferroviaire etc.)

  • En France, le marché est de moins en moins encadré par l'Etat (liberté de fixation des prix depuis 1987) et les monopoles publics traditionnels sont de plus en plus placés en situation de concurrence. Toutefois, certains prix restent contrôlés comme ceux du livre, des médicaments.

Enjeux

Les enjeux liés à cette notion sont très nombreux. Mettons en évidence certains d'entre eux :

  • Le premier enjeu est de savoir si les marchés des biens et des services remplissent leur fonction de manière optimale. Il semble être un mécanisme d'allocation des ressources (répartition des ressources en fonction des besoins) plus efficace que le plan (voir l'échec de la planification soviétique) : les entreprises produisent en fonction des besoins sinon elles ne vendent pas et ne peuvent faire des bénéfices (est-ce que cela ne vous rappelle pas la « main invisible » ?) Toutefois des critiques mettent en avant l'aveuglement, sur le long terme du marché, son incapacité à être le moteur d'une croissance à long terme, les entreprises (leurs propriéaires en tout cas) pouvant souhaiter le profit à court terme plutôt que l' investissement (détour de production coûteux à court terme) source de progrès technique et de croissance. Dans ce cas, pourtant, comment expliquer la formidable croissance économique dans les pays qui ont utilisé le marché comme mode de régulation économique de base ?

  • Le deuxième enjeu est de savoir si les marchés tels qu'isl fonctionnent réellement sont efficaces. Beaucoup d'économistes néoclassiques estiment que l'intervention de l'Etat ( réglementation, fiscalité, etc.) nuit à son bon fonctionnement avec des exemples comme le marché du logement (effet pervers des loyers non libres), le marché des produits alimentaires dans certains PVD (effets pervers des prix maximum), etc. Ces mêmes économistes pevent mettre en avant, à l'inverse, les défaillances du marché (voir votre cours de première) en cas de rendements croissants, d'effets externes, etc. pour certains marchés spécifiques.

  • Le troisième enjeu concerne les relations Etat/marchés. Si le marché et la libre concurrence sont efficaces, la concurrence n'aboutit-elle pas dans la réalité à un processus de concentration des offreurs qui est la négation de ce marché libre et concurrentiel ? L'opposition Etat/marché est-elle donc si pertinente que cela ? L'Etat ne doit-il pas faire en sorte que le marché fonctionne : règles de la concurrence par exemple ? Ne doit-il pas protéger, à l'inverse, les innovateurs (brevets d'invention) qui seraient trop rapidment dépossédés de leur invention ? N'est-il pas d'ailleurs à l'origine de la création de nombreux marchés (marché des droits à polluer) ?

  • Le quatrième enjeu est celui des liens entre marchés et inégalités. Si le marché traite équitablement les agents économiques dans une situation économique identique, qu'en est-il en cas, par exemple, d'inégalités des revenus à la naissance ce qui est la règle dans nos sociétés ? Le marché n'accentue-t-il pas les inégalités ? Car, par définition, il faut un pouvoir d'achat pour acheter ! La concurrence entre demandeurs est-elle donc équitable s'il existe entre eux des inégalités de revenu ? Le marché n'est-il pas aussi un processus d' exclusion des plus pauvres ? Voir notamment l'exemple du logement en France avec l'exclusion d'une partie des personnes les plus pauvres en France du marché du logement privé.

  • Enfin, jusqu'où développer le rôle du marché ? Est-ce que toutes les relations économiques doivent être des relations marchandes ? Faut-il, par exemple, faire jouer un rôle au marché dans le domaine de l'éducation, dans le domaine de la protection de santé, de la distribution d'organes, etc.? N'y a-t-il pas, pour faire le lien avec le point précédent, un risque de creusement des inégalités ? N'y a-t-il pas le risque d'oublier qu'une société est peut-être autre chose qu'une collection anonyme d'individus qui échangent et qui se font concurrence ?

Erreurs Fréquentes

  • Confondre le marché au sens économique du terme avec le marché de votre quartier (même si les deux ont des points communs...).

  • L'erreur la plus fréquente est de ne pas comprendre le fonctionnement théorique du marché et confondre le comportement des agents économiques avec la loi de l'offre et de la demande. La quantité demandée est supposée a priori dépendre uniquement du prix : elle est d'autant plus élevée que le prix est bas ; cela résume le comportement théorique des demandeurs. La quantité offerte est supposée dépendre uniquement du prix : elle est d'autant plus élevée que le prix est élevé (plus forte rentabilité de la production). Là est résumé le comportement des offreurs. Cela étant posé, une augmentation de la demande (non liée à l'évolution des prix) se traduit par une plus forte concurrence entre les demandeurs et une hausse du prix sur le marché. A l'inverse, une augmentation de l'offre (non liée à l'évolution des prix) se traduit par une plus forte concurrence entre offreurs cette fois-ci et donc par une baisse du prix du marché.




Les autres notions du chapitre

Croissance économique

Ch1 - Notion Terminale

La croissance économique (ou croissance) est l'accroissement à  long terme des quantités produites.

Lire la suite

Croissance endogène

Ch1 - Notion Terminale

La croissance endogène est un modèle théorique de croissance économique auto-entretenue.

Lire la suite

Facteur capital

Ch1 - Notion Terminale

Le facteur capital (sous-entendu « capital fixe ») regroupe les biens ou services qui peuvent être utilisés lors de plusieurs cycles de production.

Lire la suite

Facteur travail

Ch1 - Notion Terminale

Le facteur travail désigne l'ensemble des heures de travail effectuées par les personnes qui travaillent dans l'entreprise, salariées ou non.

Lire la suite

indice de developpement humain IDH

Ch1 - Notion Terminale

L' IDH, indicateur de développement humain, est une mesure du niveau de développement construit par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Lire la suite

Investissement

Ch1 - Notion Terminale

L' investissement est l'opération réalisée par l'agent économique décidant d'acheter des biens de production c'est-à -dire des biens durables qui permettent la production d'autres biens et services.

Lire la suite

PIB - Produit Intérieur Brut

Ch1 - Notion Terminale

Le PIB est une mesure des richesses créées dans un pays donné et pour une année donnée. Schématiquement, on le calcule en faisant la somme des valeurs ajoutées dans le pays.

Lire la suite

Productivité globale des facteurs

Ch1 - Notion Terminale

La productivité globale des facteurs (ou plus précisément peut-être la productivité totale des facteurs) est la part de la croissance économique qui n'est pas expliquée par l'augmentation du volume du capital et du volume du travail ; elle veut mesurer l'efficacité de la combinaison productive.

Lire la suite

Progrès technique

Ch1 - Notion Terminale

Le progrès technique est l'ensemble des innovations permettant d'améliorer l'efficacité du système productif, de créer de nouveaux produits ou de nouveaux procédés commerciaux.

Lire la suite

Droits de propriété

Ch1 - Acquis Première

Le droit de propriété est le droit, garanti par l’Etat, d’utiliser, de retirer des fruits et de d’un bien disposer (c’est-à-dire de le transformer, le détruire, le vendre, le donner).

Lire la suite

Externalités

Ch1 - Acquis Première

Les externalités sont des effets sur le bien-être d’agents économiques causés par l’action d’autres agents économiques sans que le marché ne la sanctionne positivement ou négativement.

Lire la suite

Facteurs de production

Ch1 - Acquis Première

Les facteurs de production regroupent les moyens de production durables qui contribuent à la production : le travail, le capital et, parfois, la terre.

Lire la suite

Institutions

Ch1 - Acquis Première

Les institutions, du point de vue économique, sont des règles, des conventions, des normes de comportement qui structurent les relations entre agents économiques.

Lire la suite

Production marchande et non marchande

Ch1 - Acquis Première

La production est marchande si elle est vendue sur un marché à un prix économiquement significatif. La production est non marchande si elle est offerte gratuitement ou quasi gratuitement.

Lire la suite

Productivité

Ch1 - Acquis Première

La productivité est une mesure d’efficacité d’un processus de production. Elle est le rapport entre la production réalisée et (le ou les) facteurs de production et notamment le facteur travail

Lire la suite

Valeur ajoutée

Ch1 - Acquis Première

La valeur ajoutée mesure la richesse "réellement" créée par une organisation productive (entreprise, administration, association).

Lire la suite

Autofinancement

Ch1 - non inscrite

L' autofinancement consiste, pour une entreprise, à se financer "par soi-même" : l'entreprise utilise ses profits (de l'année ou des années antérieures) pour financer ses investissements.

Lire la suite

Capital

Ch1 - non inscrite

Au sens économique, le capital est l'ensemble des moyens de production durables permettant de produire des biens ou des services. Il se constitue grâce aux investissements.

Attention : le capital regroupe aussi toutes les formes de capital susceptibles de favoriser la croissance ( capital humain, capital naturel, capital institutionnel). Pour cela voir ces notions dans le chapitre « La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l'environnement ? »

Lire la suite

Consommations collectives

Ch1 - non inscrite

Services non marchands, en général gratuits ou quasi gratuits, mis à la disposition des entreprises et des ménages par choix politique et financés par les prélèvements obligatoires.

Lire la suite

Développement

Ch1 - non inscrite

Le développement est l'ensemble des transformations structurelles (démographiques, économiques, sociales, mentales, politiques, etc.) qui rendent possibles et accompagnent la croissance économique et l'élévation du niveau de vie.

Lire la suite

Epargne

Ch1 - non inscrite

L'épargne est, pour un ménage, la partie du revenu qui n'est pas dépensée pour la consommation sur une période donnée.

Lire la suite

Excedent Brut d'Exploitation - EBE

Ch1 - non inscrite

C'est une mesure du profit de l'entreprise. On calcule l' EBE en enlevant de la valeur ajoutée la rémunération des salariés (salaires versés et cotisations sociales).

Lire la suite

Financement externe

Ch1 - non inscrite

Le financement externe regroupe les moyens financiers que l'entreprise trouve à l'extérieur soit en empruntant, soit en augmentant son capital.

Lire la suite

Formation brute de capital fixe FBCF

Ch1 - non inscrite

La FBCF, formation brute de capital fixe, est la mesure, par l'INSEE, de l' investissement et  comprend les actifs fixes " corporels ou incorporels issus de processus de production et utilisés de façon répétée ou continue dans d'autres processus de production pendant au moins un an."
 

Lire la suite

Innovation

Ch1 - non inscrite

L' innovation est l'application réussie d'une invention dans le domaine économique et commercial.

Lire la suite

Innovation de procédé, de produit et organisationnelle

Ch1 - non inscrite

L' innovation de produit correspond à la création d'un produit nouveau ou encore à une amélioration importante d'un produit déjà existant. L'innovation de procédé correspond à la création de nouvelles techniques/méthodes de production et/ou de vente. Enfin l'innovation organisationnelle correspond à la création d'une nouvelle organisation du travail ; elle s'apparente à l'innovation de procédé.

Lire la suite

Investissement immatériel

Ch1 - non inscrite

L’investissement immatériel correspond à des opérations, autres que des acquisitions en capital fixe, qui doivent permettre la production future.

Lire la suite

investissement public

Ch1 - non inscrite

Dépenses en formation brute de capital fixe ( FBCF) des administrations publiques (APU).

Lire la suite

Marché de biens et services

Ch1 - non inscrite

Le marché d'un bien ou d'un service est le lieu de rencontre de l'offre et de la demande où se fixent le prix et les quantités échangées.

Lire la suite

Organisation du travail

Ch1 - non inscrite

L' organisation du travail désigne le mode de coopération des travailleurs au sein d'une organisation productive.

Lire la suite

Population active

Ch1 - non inscrite

La population active regroupe l'ensemble des personnes exerçant ou cherchant à exercer une activité professionnelle rémunérée.

Lire la suite

Productivité du travail

Ch1 - non inscrite

La productivié du travail est une mesure de l'efficacité productive du travail. Par conséquent, elle compare la production réalisée à la quantité de travail utilisée.

Lire la suite

Recherche developpement

Ch1 - non inscrite

La Recherche-Développement regroupe les activités qui améliorent les connaissances ainsi que leur utilisation pour de nouvelles applications.

Lire la suite

Rendements croissants

Ch1 - non inscrite

On dit qu’une production se fait à rendements croissants quand le coût moyen de production diminue au fur et à mesure que la quantité produite augmente.

Lire la suite

Revenu par tête

Ch1 - non inscrite

Le revenu par tête est le rapport entre le revenu global du paLe revenu par tête est une mesure du niveau de vie de la population d’un pays.ys et le nombre d'habitants de ce pays

Lire la suite

Structures economiques

Ch1 - non inscrite

Les structures économiques correspondent à la décomposition d’une économie en différents éléments distincts mais liés les uns aux autres.

Lire la suite

Taux de rentabilité

Ch1 - non inscrite

Le taux de rentabilité des entreprises est le rapport entre un revenu et le capital engagé pour obtenir ce revenu. Pour une entreprise, on calcule le taux de rentabilité en comparant l' EBE ou le résultat net (qui mesurent approximativement les profits) au capital engagé (c'est-à-dire, schématiquement, les capitaux engagés pour financer l'activité productive).

Lire la suite

Taylorisme

Ch1 - non inscrite

Le taylorisme est un mode d’organisation du travail caractérisé par la division horizontale du travail, par la division verticale du travail et le salaire au rendement.

Lire la suite

Droits de propriété

Ch5 - Acquis Première

Le droit de propriété est le droit, garanti par l’Etat, d’utiliser, de retirer des fruits et de d’un bien disposer (c’est-à-dire de le transformer, le détruire, le vendre, le donner).

Lire la suite

Externalités

Ch5 - Acquis Première

Les externalités sont des effets sur le bien-être d’agents économiques causés par l’action d’autres agents économiques sans que le marché ne la sanctionne positivement ou négativement.

Lire la suite

Productivité

Ch12 - Acquis Première

La productivité est une mesure d’efficacité d’un processus de production. Elle est le rapport entre la production réalisée et (le ou les) facteurs de production et notamment le facteur travail

Lire la suite

Toutes les notions de SES inscrites au programme officiel sont à votre disposition ainsi que 90 autres notions utiles....

Voir le glossaire des notions

Révisez les 144 notions obligatoires pour le bac