Développement

Lexique

Le développement est l'ensemble des transformations structurelles (démographiques, économiques, sociales, mentales, politiques, etc.) qui rendent possibles et accompagnent la croissance économique et l'élévation du niveau de vie.

Définition

  • La définition retenue est souvent celle de F. Perroux :
    « Le développement est la combinaison des changements mentaux et sociaux d'une population qui la rendent apte à faire croître, cumulativement et durablement, son produit réel global ».
  • Discussion sur la définition :
    • 1ère remarque : c'est, comme le montre la définition, une notion qualitative. Les changements mentaux correspondent, par exemple, à la valorisation de la raison, de la science contre les croyances traditionnelles, la religion, mais aussi à la valorisation de l' innovation contre les habitudes et la routine. Les changements sociaux (cf la notion) correspondent, par exemple, à l'urbanisation, au développement de la scolarisation, à l'amélioration de la santé, à la baisse de la fécondité, etc.
    • 2ème remarque : d'après cette définition, le développement apparaît comme cause de la croissance économique. En effet, la science permet le progrès technique, source de croissance. Le développement de la scolarisation permet le progrès technique, son utilisation, sa diffusion, et donc favorise la croissance. Autre exemple : la baisse de la fécondité permet de conserver une plus grande part du revenu des ménages sous forme d'épargne ce qui permet de financer les investissements, source aussi de croissance.
    • 3ème remarque : une autre définition présente le développement comme une amélioration du bien-être de l'ensemble de la population. Par exemple, pour G. Myrdal, le développement est « le mouvement vers le haut de tout le corps social » en matière de besoins fondamentaux (nourriture, accès à l'eau, à la santé, à l'éducation, aux loisirs, etc.). Pour A. Sen, le développement signifie un processus d'expansion des libertés réelles de tous les individus. Cette liberté est celle de choisir parmi les différents modes de vie possibles. Les organisations internationales qui dépendent de l'ONU définissent , quant à elles, les deux notions suivantes : le développement humain c'est-à -dire la couverture des besoins fondamentaux de tous et le développement durable, c'est-à-dire un développement qui répond aux besoins présents sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Ainsi, selon ces définitions, le développement pourrait être une des conséquences de la croissance économique.

Indicateurs

Même si la notion de développement est plutôt qualitative, on peut trouver différents indicateurs qui traduisent un aspect du développement.
- La mesure du niveau de vie utilise le PNB par habitant ou le RNB par habitant.
- La mesure de l'état de santé de la population se fait par exemple avec l'espérance de vie à  la naissance : il s'agit, pour une année donnée, du nombre moyen d'années qu'une personne vivrait si elle connaissait les conditions de mortalité à  chaque âge (à  un an, à  deux ans, etc.) des individus vivant l'année en question.
- La mesure du taux de scolarisation est un simple rapport entre le nombre d'individus scolarisés à  un certain niveau et le nombre d'individus d'âge normal pour ce niveau  ; le taux peut donc dépasser 100% car certains élèves qui ont redoublé peuvent dépasser l'âge en question. Il peut aussi être mesuré par le nombre d'années d'études.
- Une mesure qui se veut synthétique est l' IDH (voir cette notion).

Tendances

De nombreux indicateurs peuvent montrer une tendance au développement dans l'ensemble des pays du monde, même s'il est possible qu'il y ait durant certaines périodes, dans certains pays des retournements concernant le niveau de vie, les taux de scolarisation, l'espérance de vie à  la naissance etc.

- Pour le niveau de vie : revoir les tableaux dans la notion « croissance »
- Pour l'état de santé : voir sites « en savoir plus »
- Pour les taux de scolarisation : voir sites « en savoir plus »
- Pour l' IDH : voir sites « en savoir plus »

Enjeux

  • Peut-il y avoir croissance sans développement ? Dans le cadre de la définition de F. Perroux, sans doute est-ce possible. En effet, la croissance peut provenir non de changements mentaux et sociaux mais de l' exploitation intelligente de ressources rares (utiles à d'autres pays) comme le pétrole, ou des ressources naturelles spécifiques. Ces économies « rentières » peuvent connaître la croissance sans développement préalable. Toutefois, le caractère durable et cumulatif de cette croissance est discutable notamment si cette ressource est épuisable. Dans le cadre des autres définitions, cela est possible aussi. En effet, les revenus en hausse grâce à  la croissance peuvent être accaparés par une minorité ; il n'y a donc pas « mouvement vers le haut de tout le corps social » pour couvrir les besoins fondamentaux. Cet accroissement des revenus peut aussi être utilisé non pour satisfaire des besoins sociaux mais pour acheter des armes par exemple ou pour développer des secteurs industriels inutiles à la couverture des besoins de la population. De plus, il se peut que la croissance soit à  l'origine d' externalités négatives qui nuisent à  l'amélioration du bien-être de la population : bidonvilles, pollution, etc. Toutefois, il faut bien reconnaître que la croissance permet de dégager des moyens financiers pour développer des infrastructures permettant l'accès à  l'eau, à  la santé, à  l'éducation ; le développement apparaît plus facile à  satisfaire avec la croissance économique.
  • S'il peut donc y avoir croissance sans développement, le développement ne peut-il pas être satisfait autrement que par la croissance économique ? Le volontarisme politique ne suffirait-il pas ? Une répartition plus égalitaire des revenus générés par l'activité productive permettrait à  l'ensemble des individus de mieux satisfaire leurs besoins essentiels, par exemple. De plus, certains éléments du développement, considérés fondamentaux comme l'exercice de la liberté, peuvent être en partie réalisés. Une législation adaptée, l'instauration de la démocratie pourraient très bien favoriser le développement des libertés individuelles même dans des pays connaissant une croissance faible. Mais, il est sans doute vrai que la croissance des revenus et les changements sociaux qui sont liés et favorisent l'exercice réel des libertés individuelles.
  • Toutefois, les changements sociaux nécessaires ne révèlent-ils pas que le développement est plus un problème qu'une solution ? C'est la question radicale posée par certains écologistes. En effet, le développement ne correspond-il pas à  une idéologie qui celle des pays développés ? Les pays du Tiers monde partagent-ils  vraiment les mêmes objectifs ? Le développement ne se traduit-il pas par des changements sociaux radicaux, une acculturation très forte voire une dépendance à  l'égard des pays développés ? Comme certains proposent une « décroissance », les mêmes souvent, proposent de « défaire le développement ». Dans ce cadre, chaque population doit être maîtresse de son propre projet de vie, respecter ses propres valeurs même si elles n'aboutissent au développement au sens occidental.

Erreurs Fréquentes

  • Confondre croissance et développement : la première notion est quantitative et la seconde est qualitative. Toutefois, ces deux notions sont liées : la croissance permet le développement et le développement permet la croissance, mais d'autres facteurs peuvent expliquer croissance d'un côté et développement de l'autre.                                                                                
  • Croire que le développement est valorisé de manière universelle : le développement peut nécessiter des changements sociaux tellement importants, une acculturation tellement forte, qu'il peut être ressenti comme une perte d'identité.