Déflation

Lexique

La déflation est un processus général et durable de baisse des prix et de l'activité économique.

Définition

La déflation est un processus général et durable de baisse des prix et de l'activité économique. Elle touche l'ensemble des prix et non un type de produit en particulier.

La déflation s'accompagne d'une baisse des « grandeurs nominales », c'est-à-dire des salaires nominaux (ou courants), du PIB en valeur nominale, de la valeur nominale de la masse monétaire.

Indicateurs

La déflation est mesurée par la baisse en % de l'indice des prix à la consommation.

Tendances

La grande dépression (crise de 1929) est un exemple de période de déflation. Aux États-Unis, les prix ont baissé de presque 25 % entre 1929 et 1933 tandis que la masse monétaire baissait de plus de 26 % et la production de 24 % environ. Vous voyez en passant qu'un même épisode peut être à la fois qualifié de crise, de dépression et de déflation.

Après la seconde guerre mondiale, il s'agit d'une période forte hausse de la production et d' inflation rampante mais maîtrisée jusqu'aux chocs pétroliers. C'est au Japon, dans les années 90, que la crainte d'une déflation est revenue. Le Japon, après 1998 et durant toutes les années 2000 a connu une réelle situation de déflation, le taux d'inflation ne devenant positif que durant quelques courtes périodes. On se demande aujourd'hui, 20 ans après les craintes d'une déflation, si le Japon est véritablement sortie de cette situation.

Depuis la crise financière, économique et budgétaire de la fin des années 2000 et du début des années 2010, la crainte d'un déflation dans certains pays de la zone euro est réelle que ce soit en Grèce, à Chypre voire en Espagne même si tous les économistes ne sont pas d'accord. En effet, certains pensent que nous sommes dans une situation de forte désinflation et que cela est positif.

Enjeux

Quels sont les effets de cette baisse générale et durable des prix ? Deux effets importants montrent le caractère durable de la baisse des prix dès qu'elle est générale. Tout d'abord, la baisse des prix pousse à reculer les achats pour profiter de prix futurs moins élevés : cela retarde les achats de biens de consommation et de biens de production ( investissement). Ainsi, la demande globale recule ce qui accentue la baisse des prix et de la production : apparaît ici le caractère dangereusement cumulatif de la déflation. Un autre effet peut se dérouler : la baisse des prix et de la demande réduit les revenus des entreprises dont la valeur de la dette ne diminue pas malgré la baisse des prix : la valeur nominale des remboursements reste la même et la valeur réelle, le coût réel de la dette augmente. Les risques de faillite augmentent et les difficultés de financement des investissements augmentent.

Comment lutter contre cette baisse des prix ? Le problème de ce cercle vicieux est que les pouvoirs publics sont largement démunis face à cette situation. En effet, la maîtrise de l'évolution des prix, vous le savez, passe par la politique monétaire. Pour augmenter les prix, il faudrait baisser les taux d'intérêt mais il semble qu'ils ne puissent devenir négatifs : ramener à 0 %, avec une baisse des prix de 1 %, cela conduirait quand même à des taux d'intérêt réels certes très faibles mais toujours positifs. Face à cette difficulté de cette lutte, on conçoit l’importance de n'avoir pas un objectif trop rigide de stabilité des prix qui ne peut être de 0 %.

Erreurs Fréquentes

Ne pas confondre déflation et désinflation (ralentissement de l' inflation).

Croire que la baisse des prix dans un secteur d'activité est une situation de déflation.

En savoir plus

Cet article des Échos sur la déflation au Japon : http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/international/asie/221190382/japon-lhistoire-dune-deflation