Contrainte exterieure

Lexique

Obligation pour un pays d'équilibrer à terme ses échanges extérieurs, parfois au détriment de sa croissance intérieure. C'est la contrepartie de l'ouverture internationale.

Définition

La liberté de manœuvre économique et sociale d'un pays est limitée par son insertion internationale.
Cette contrainte traduit la nécessité de concilier croissance économique et équilibre extérieur : un pays est dit contraint lorsque sa croissance économique creuse son déficit extérieur (de la balance commerciale, de la balance courante).

La contrainte est donc d'abord financière : il s'agit de financer des importations (sorties de devises) alors que celles-ci progressent plus vite que les exportations (entrées de devises). L'économie rentre alors dans une logique d'endettement.

Indicateurs

  1. Le solde de la balance commerciale, de la balance courante.
  2. Le taux de couverture du commerce extérieur.
  3. L'élasticité des importations au PIB ou par rapport à la demande intérieure (consommation investissements).

Tendances

L'exemple de l'économie française :

Années 60 - 80 :

la croissance française s'accompagne d'une tendance au déficit commercial. La réponse à la contrainte extérieure est la dévaluation compétitive. Sa répétition témoigne d'un relatif échec.

Années 90 :

Une croissance économique qui s'accompagne d'un excédent commercial, fruit d'une politique de désinflation compétitive mise en œuvre depuis 1983. Le choix des mesures déflationnistes prises pour freiner la demande intérieure au service de l'équilibre extérieur, a un coût : le chômage de masse.

Enjeux

La question de l'autonomie des politiques économiques, en particulier celle d'une politique de relance pour lutter contre le chômage dans une économie ouverte tout en respectant le cadre libre échangiste du commerce international après 1945.
Cet enjeu est bien illustré par l'exemple de la relance de l'économie française en 1981, politique qui bute sur la contrainte extérieure : en effet, quand la croissance repart en France, les importations redémarrent de plus belle et les exportations ne suivent pas. Le déficit commercial se creuse mettant fin à la relance et ouvrant à l'inverse une période de rigueur pour combler ce déficit.

La question essentielle : comment desserrer la contrainte extérieure ?
les enjeux portent sur les politiques d'ajustement en cas de déséquilibre extérieur : agir sur le taux de change dans le cadre d'une dévaluation compétitive ? agir sur le niveau général des prix dans le cadre d'une désinflation compétitive ? à noter que l'intégration européenne rend caduque désormais l'action sur le taux de change pour les pays de l'euro.

La question des taux d'intérêts : leur niveau doit être suffisamment élevé pour attirer les capitaux étrangers sans pour autant pénaliser le financement externe (emprunt) des entreprises nationales.

La question de la spécialisation et de la compétitivité de l'économie : elles doivent permettre de trouver un taux de croissance compatible avec l'équilibre de la balance commerciale et la recherche du plein emploi. L'enjeu de la spécialisation est d'offrir à l'appareil productif la capacité à s'adapter aux orientations de la demande intérieure et mondiale.

Erreurs Fréquentes

Ne pas penser à utiliser cette notion dans l'étude des limites des politiques de relance.

Croire que cette contrainte est insurmontable.