Contrainte exterieure

Lexique

La contrainte extérieure est la perte d’autonomie des politiques économiques liée à la nécessité d’équilibrer ses comptes extérieurs.

Définition

La contrainte extérieure est la perte d’autonomie des politiques économiques liée à la nécessité d’équilibrer ses comptes extérieurs.

Ce sont les politiques de relance par la demande qui sont contraintes par l’insertion dans l’économie mondiale.

Ainsi, une politique de relance budgétaire, qui augmente la consommation et l’investissement intérieurs, peut se traduire par des importations de biens de consommation et de bien de productions ce qui dégrade le commerce extérieur. Cela peut se traduire, s’il y a déficit commercial, par un endettement extérieur.

De même, une politique de baisse des taux d’intérêt (pour relancer l’investissement) peut se traduire par une moindre épargne étrangère qui se place dans le pays ce qui peut réduire le financement de l’activité économique.

Indicateurs

Le premier indicateur de la contrainte extérieure est le solde de la balance commerciale (exportations – importations). Si le solde est proche de l’équilibre ou négatif, la contrainte extérieure devient plus forte et l’autonomie de la politique économique moins grande.

Le taux de couverture du commerce extérieur (exportations/importations) a la même signification lorsqu’il est proche de 1 ou inférieur à 1.

Un autre indicateur est l’élasticité des importations par rapport au PIB (Taux de variation des importations / Taux de variation du PIB) ou par rapport à la demande globale (Taux de variation des importations / Taux de variation de la demande globale). Si cette élasticité est forte, cela signifie qu’une augmentation du PIB ou de la demande globale se traduit par une augmentation des importations ce qui contraint les politiques de relance par la demande.

Tendances

Prenons l'exemple de l'économie française.

Dans les années 1960 – 80, la croissance française s'accompagne d'une tendance au déficit commercial ce qui se traduit par des difficultés à maintenir notamment dans les années 70 et 80 par des difficultés à réaliser des politiques de relance notamment en 1981 et 1982. La réponse à la contrainte extérieure est la désinflation compétitive.

De fait, les années 1990, la croissance économique s'accompagne d'un excédent commercial, fruit de cette politique de désinflation compétitive mise en œuvre depuis 1983. Le choix des mesures déflationnistes prises pour freiner la demande intérieure au service de l'équilibre extérieur, a un coût : le chômage de masse.

Depuis les années 2000, la croissance économique s’accompagne d’un très important accroissement du déficit commercial. La contrainte sur le taux de change devrait être forte mais la monnaie étant l’euro, la pression sur l’euro est compensée par les excédents d’autres pays de la zone euro d’autant qu’un peu moins de la moitié du déficit commercial (en 2016) se faisait vis-à-vis des pays de l’UE. La contrainte est dès lors surtout financière : il faut s’endetter. Par contre, les contraintes qui s’imposent à la politique économique proviennent de l’appartenance à l’Union européenne et notamment à la zone euro (voire ce thème)

Enjeux

Le premier enjeu concerne l’importance de la contrainte extérieure pour un pays de la zone euro. Si les effets d’un déficit commercial d’un pays ne jouent pas sur le taux de change de l’euro, est-ce qu’il ne faut pas craindre l’endettement extérieur possible ? En effet, cette recherche de financement ne risque-telle pas de se traduire par des taux d’intérêt plus élevé ?

Dès lors la question du desserrement de cette contrainte extérieure se pose pour augmenter les exportations et réduire les importations. Faut-il agir sur le taux de change dans le cadre d'une dévaluation compétitive ? Est-ce possible dans la zone euro ? Faut-il agir sur le niveau général des prix dans le cadre d'une recherche de compétitivité-prix (par une pression sur les salaires et/ou en augmentant la productivité du travail) ? Ne faut-il pas aussi améliorer la spécialisation et la compétitivité hors prix ?

Erreurs Fréquentes

Ne pas penser à utiliser cette notion dans l'étude des limites des politiques de relance.

Croire que toute contrainte extérieure a disparu du fait de l’euro dans les pays de la zone euro : elle peut concerner l’ensemble de la zone euro et se traduit plus, pour chaque pays, par un accroissement de l’endettement extérieur.

Croire que cette contrainte est insurmontable ce qui n’est pas le cas (voir la situation de la France dans les années 90 … mais cela demande une forte compétitivité.

En savoir plus

Pour le solde commercial de la France depuis 1950, c’est ici et pour des données plus récentes.

Pour son taux de couverture, c’est .

Sur la question de la compétitivité vous pouvez lire cette note du CAE.