Action collective

Lexique

L' action collective correspond à l'action commune ou concertée des membres d'un groupe en vue d'atteindre des objectifs communs.

Définition

L' action collective correspond à l'action commune ou concertée des membres d'un groupe en vue d'atteindre des objectifs communs.

L'action collective peut se dérouler dans de nombreux domaines dans le monde du travail bien sûr mais ailleurs aussi. Elle peut se faire dans un cadre local, limité comme dans une entreprise, mais aussi dans le cadre mondial avec les manifestations altermondialistes. Enfin, les acteurs de ces actions collectives peuvent être très organisés comme les syndicats ou au contraire être des collectifs éphémères comme les coordinations.

Indicateurs

Pour les conflits du travail, il existe des indicateurs comme le nombre de journées non travaillées (conflits collectifs) mais aussi, pour les conflits individuels.

Par contre, il n'existe pas vraiment d'indicateurs pour mesurer les actions menées par d'autres acteurs sociaux (mouvements des sans papiers, etc.)

Tendances

L'institutionnalisation de nombreux types d' action collective notamment dans le monde du travail est une tendance forte depuis le XIXème siècle. Après l'interdiction que les manifestations, grèves etc. ont connu, elles ont été légalisées et encadrées par des règles. De même les acteurs principaux de ces conflits du travail sont les syndicats dont l'institutionnalisation est réelle (voir cours).

Une deuxième tendance peut être mise en évidence et c'est l'objet de la deuxième partie du chapitre 4 : la diversification des thèmes des actions collectives avec la distinction fondamentale mais à nuancer entre les motivations matérielles (essentielles dans les conflits classiques, les conflits du travail) et les motivations immatérielles (qui seraient essentielles dans les nouveaux mouvements sociaux). Là encore, reportez-vous à la deuxième partie du chapitre 4.

Enjeux

L'enjeu essentiel concerne le processus par lequel une action collective se développe.

Tout d'abord, un paradoxe, celui d'Olson. En effet, si les retombées positives d'une action collective se font de manière collective, les individus n'ont aucun intérêt personnel à y participer : l'action est coûteuse en temps (réunion par exemple en Assemblée générale), en argent (la grève par exemple se traduit par des jours de travail en moins et un salaire mensuel plus faible). Le gain est collectif, le coût est individuel : quel intérêt à y participer ? La solution la plus rationnelle est de devenir un " passager clandestin " : ne pas participer à l'action collective et en retirer tous les bénéfices.

Et pourtant, l'action collective existe ! et cela peut s'expliquer ! Tout d'abord, les groupes en lutte peuvent être réduits et l'incitation à l'action peut être forte. Ensuite, les liens identitaires qui unissent le groupe en lutte peuvent faire supporter des coûts individuels importants : les valeurs autant que les intérêts matériels ne peuvent-elles pas pousser à l'action collective ?

Erreurs Fréquentes

Ne voir dans l' action collective que le signe d'une désorganisation sociale, d'un manque de cohésion sociale. L'action collective n'est pas que revendication (et donc rejet de la situation sociale présente) mais aussi négociation. De nouvelles règles, mieux acceptées par tous, certes provisoirement, s'établissent et facilitent la vie collective.