Chapitre 8. Quels liens sociaux dans des sociétés où s'affirme le primat de l'individu ?


Le programme officiel de Terminale ES en SES

Après avoir présenté l'évolution des formes de solidarité selon Durkheim, on montrera que les liens nouveaux liés à la complémentarité des fonctions sociales n'ont pas fait pour autant disparaître ceux qui reposent sur le partage de croyances et de valeurs communes.

On traitera plus particulièrement de l'évolution du rôle des instances d' intégration ( famille, école, travail) dans les sociétés contemporaines et on se demandera si cette évolution ne remet pas en cause l'intégration sociale.

Les notions du chapitre

Cohésion sociale

Ch8 - Notion Terminale

Etat d'une société dont les membres sont unis par des valeurs communes ou des règles de vie communes acceptées par tous.

Lire la suite

Intégration

Ch8 - Notion Terminale

Processus débouchant sur le partage de valeurs communes, de buts communs, entre des individus en interaction au sein d'une société ou d'un groupe social. Le mot peut aussi désigner le résultat de ce processus.

Lire la suite

Lien social

Ch8 - Notion Terminale

Relations qui unissent des individus faisant partie d'un même groupe social et/ou qui établissent des règles sociales entre individus ou groupes sociaux différents.

Lire la suite

Solidarité mécanique/organique

Ch8 - Notion Terminale

La solidarité, au sens de Durkheim, correspond aux liens invisibles qui relient les individus entre eux et qui font que la société « tient » : la solidarité est le « ciment » de la société. Elle peut prendre deux formes celle fondée sur la similitude des comportements des individus et des valeurs de la société (c’est la solidarité mécanique) et celle fondée sur la complémentarité des activités et des fonctions des individus (c’est la solidarité organique).

Lire la suite

Anomie

Ch8 - Acquis Première

Chez Durkheim (en général) : situation d'une société dans laquelle  les individus ne savent plus comment orienter leurs conduites du fait de règles sociales moins contraignantes.

Lire la suite

Désaffiliation

Ch8 - Acquis Première

La désaffiliation est le processus historique de fragilisation de la cohésion sociale.

Lire la suite

Disqualification

Ch8 - Acquis Première

La disqualification est le « processus d’affaiblissement ou de rupture des liens de l’individu avec la société au sens de la perte de la protection et de la reconnaissance sociale ».

Lire la suite

Réseaux sociaux.

Ch8 - Acquis Première

Les réseaux sociaux regroupent l’ensemble des liens directs et indirects entre individus.

Lire la suite

Sociabilité

Ch8 - Acquis Première

La sociabilité est l’ensemble des relations interpersonnelles entre individus.

Lire la suite

Socialisation

Ch8 - Acquis Première

Processus au cours duquel l'individu intériorise les normes, les valeurs et les comportements que la société, grâce à  des groupes intermédiaires comme l'école ou la famille, lui inculque.

Lire la suite

Acculturation

Ch8 - non inscrite

Processus de transformation réciproque engagé à  la suite de la rencontre de deux groupes humains de cultures différentes. Les transformations touchent les deux cultures.

Lire la suite

Citoyennete

Ch8 - non inscrite

Principe selon lequel les individus faisant partie d'une même Nation ont les mêmes droits, les mêmes devoirs et participent à la vie de la Cité.

Lire la suite

Conscience collective

Ch8 - non inscrite

Notion utilisée par E. Durkheim qui désigne l'ensemble des valeurs communes au sein d'un groupe social. Cette conscience collective pèse plus ou moins lourd sur les individus selon le type de société.

Lire la suite

Déviance

Ch8 - non inscrite

Comportement non conforme aux normes sociales et faisant l'objet d'une réprobation sociale.

Lire la suite

Identités

Ch8 - non inscrite

L'identité regroupe les façons dont les individus ou les groupes se définissent par eux même, et sont définis par autrui.

Lire la suite

Individualisme

Ch8 - non inscrite

Processus au cours duquel l'individu s'affranchit de plus en plus des règles et des valeurs issues de la conscience collective.

Lire la suite

Instance d'intégration

Ch8 - non inscrite

Lieux où se nouent des liens sociaux permettant la socialisation des individus et leur intégration sociale.

Lire la suite

Solidarités collectives

Ch8 - non inscrite

Dispositifs d'entraide au sein d'une population ou d'un groupe ayant un sentiment d'appartenance collective.

Lire la suite

Spécificités socio-culturelles

Ch8 - non inscrite

Particularités sociales et culturelles caractéristiques d'une société et la différenciant des autres.

Lire la suite

Universalisme communautarisme

Ch8 - non inscrite

Il s'agit de deux façons de voir (politiquement) une société :

  • Communautarisme : conception politique selon laquelle une société se compose de communautés différentes.
  • Universalisme : conception politique selon laquelle une société est fondée sur des valeurs communes, universelles.

Lire la suite

Valeurs

Ch8 - non inscrite

Idéaux auxquels les membres d'une société adhèrent.

Lire la suite

Toutes les notions de SES inscrites au programme officiel sont à votre disposition ainsi que 90 autres notions utiles....

Voir le glossaire des notions


Le cours et la synthèse du chapitre

La synthese

La croissance économique s’accompagne d’une transformation de la structure sociale. Pourtant, finalement, au cours du temps, nos sociétés se perpétuent, elles ne disparaissent pas, par exemple, sous la pression des inégalités qui se renouvellent ou des conflits possibles entre groupes sociaux. Comment est-ce possible ? Autrement dit, la question que nous allons aborder ici consiste à se demander comment les sociétés " tiennent ", c’est-à-dire à savoir ce qui les cimente, ce qui relie les individus les uns aux autres suffisamment solidement pour que la vie en société ne dégénère pas en une multitude de conflits.
Ce ciment, que l’on appelle souvent «  lien social » et qui produit de la solidarité entre les membres d’une société, n'apparaît pas spontanément. Il est le résultat de ce que l’on appelle la cohésion sociale qui peut être définie comme le processus qui permet aux membres d’une société de se reconnaître comme équipiers d’un même bateau, si l’on peut faire cette comparaison, c’est-à-dire solidaires les uns des autres parce que partageant les mêmes valeurs, mais pouvant avoir chacun vis-à-vis des autres des obligations mais aussi des droits spécifiques. Cette cohésion se construit : elle ne se produit pas " par hasard ". Elle se construit dans des lieux, des instances d’intégration (exemples : famille, école) ou grâce à des dispositifs précis (comme, par exemple, les procédures de négociation entre employeurs et salariés dans le monde du travail). Or, la transformation des valeurs, avec notamment l’individualisme croissant, les changements dans la vie économique et sociale affectent ces lieux d’intégration et ces dispositifs. On peut craindre ainsi que la cohésion sociale soit menacée. La cohésion sociale n’est donc jamais définitivement acquise, une société doit toujours veiller à la construire.
C’est ce que nous verrons en prenant pour base l’analyse de la cohésion sociale propre à Durkheim (objet de la première partie) puis en étudiant de manière plus précise le rôle de trois grandes instances de socialisation, la famille (2e partie), l’école (3e partie) et enfin le travail (4e partie).

Lire la suite

Le cours

Les sociétés modernes produisent de plus en plus de richesses, nous l'avons vu dans la première partie de ce cours. Cela se produit en même que la transformation de la structure sociale, des inégalités et des conflits. Pourtant, finalement, au cours du temps, nos sociétés se perpétuent, elles ne disparaissent pas, par exemple, sous la pression des inégalités et des conflits. Comment est-ce possible ? Autrement dit, la question que nous allons aborder ici consiste à se demander comment les sociétés " tiennent ", c'est-à -dire ce qui les cimente, ce qui relie les individus les uns aux autres suffisamment solidement pour que la vie en société ne dégénère pas en guerre civile.

Ce ciment, que l'on appelle souvent " lien social" et qui produit de la solidarité entre les membres d'une société, ne naît pas spontanément. Il est le résultat de ce que l'on appelle la cohésion sociale qui peut être définie comme le processus qui permet aux membres d'une société de se reconnaître comme équipiers d'un même bateau, si l'on peut faire cette comparaison, c'est-à -dire solidaires les uns des autres parce que partageant les mêmes valeurs, mais pouvant avoir chacun vis à vis des autres des obligations mais aussi des droits spécifiques. Cette cohésion se construit : elle ne se produit pas " par hasard ". Elle se construit dans des lieux, des instances d’intégration (exemples : famille, école) ou grâce à des dispositifs précis (exemple : la protection sociale ou les procédures de négociation entre employeurs et salariés). Or, la transformation des valeurs, avec notamment l' individualisme croissant, les changements dans la vie économique et sociale affectent ces lieux d' intégration et ces dispositifs. On peut craindre ainsi que la cohésion sociale soit menacée. La cohésion sociale n'est donc jamais définitivement acquise, une société doit toujours veiller à la construire et, pour cela, à intégrer ses membres.

Lire la suite

Les extraits de JT du chapitre.

il y a 52 Extraits de JT liés.

Attribuez une note à ce JT :
Average: 4.4 (5 votes)

140 000 jeunes démunis, âgés de 18 à 25 ans et souvent sans domicile fixe bénéficient aujourd'hui du programme Tapage qui sera élargie dans le cadre du plan pauvreté d'ici 2022. Ils sont recrutés dans la rue par des éducateurs et effectuent des missions payées au jour le jour. le reportage donne la parole à des éducateurs et à des bénéficiaires. Ils évoquent les résultats plutôt positifs du disppositif. Un reportage mobilisable pour évoquer les facteurs d' intégration et d' exclusion sociale.

Voir la Base de données des JT
Attribuez une note à ce JT :
Average: 4.8 (5 votes)

Les ménages défavorisés accèdent plus difficilement aux crèches, ce qui pose des problèmes pour rechercher un emploi ou pour travailler. Le plan pauvreté du gouvernement prévoit d'accroître le nombre de places en crèche pour les enfants de ces ménages pauvres. Ce dispositif favorise l' intégration par l'emploi et améliore la socialisation des enfants, notamment le niveau de langage. 

Voir la Base de données des JT